Et la nouvelle année…

Pour être honnête avec vous, j’avoue que l’idée de la nouvelle année et des vœux à échanger me gêne de plus en plus…

Pourquoi ? Parce que, ces souhaits de janvier reviennent à espérer tout ce qu’il y a de mieux pour les autres au mois de janvier et puis… et puis plus rien pour les onze mois suivants ? Dès le mois de février, on n’a plus rien à dire d’encourageant, de positif, plus rien d’enthousiasmant à offrir aux autres ?

Le plus souvent, en exprimant des vœux stéréotypés à des gens que je côtoie peu ou à des relations professionnelles, je le fais par politesse, je m’acquitte de cette tradition et je me sens terriblement hypocrite. A quoi sert de souhaiter « une belle année 2018 » ? Peut-on souhaiter une mauvaise année ? Et surtout, pourquoi cette année avec un chiffre tout nouveau serait différente des précédentes si aucune action n’est entreprise pour que les choses changent ? Quelle magie opérerait en passant du le 31 décembre au le 1er janvier ?

SilhouetteArbre

Ce que je souhaite à mes proches, à ceux pour qui j’ai de l’amitié, de l’affection et plus, c’est du bonheur à chaque fois que je les vois ou leur parle et surtout, à chaque fois que je pense à eux, quel que soit le jour de l’année (NB : entre nous, heureusement que je pense plus souvent à eux que je ne les appelle car le téléphone et moi… ça fait deux).

Il est vrai que la nouvelle année est l’occasion de me rendre compte que le temps passe. C’est le moment d’élever mon regard, de me souvenir que je poursuis des rêves. Alors je dois me demander où j’en suis de ce cheminement et des moyens nécessaires pour y parvenir.

Je vous souhaite, à vous qui lisez ces lignes, que vous vous donniez les moyens d’atteindre les objectifs que vous vous êtes fixés. Pour y arriver, comptez sur moi pour vous adresser ce que j’appelle des « ondes positives » aussi souvent que possible.

Quel est mon objectif à atteindre dans les prochains mois – en 2018 et au-delà ? Eh bien, pas grand-chose : profiter de chaque moment de bonheur, aimer la vie, transmettre cet amour à mes proches et faire en sorte que ce soit contagieux.

Je souhaite poursuivre des démarches déjà entamées comme contribuer – même à ma minuscule hauteur – à préserver ce que la nature nous offre. Chaque geste compte : réduire ma consommation d’eau, limiter mes besoins en énergie, acheter uniquement les biens dont j’ai vraiment besoin (et pas ceux dont j’ai envie sur un coup de tête), réduire encore mes déchets. Et puis, donner un modeste exemple autour de moi de quelques actions qui ont des effets bénéfiques pour tous.

Tous ces objectifs se traduisent par de petites actions concrètes dont je pourrai vous parler prochainement.

Je terminerai cet article par la formule que j’aime beaucoup, utilisée par Irène Grosjean, naturopathe extraordinaire, parce qu’elle résume bien ma pensée :

« Tout de bon ».

Sarah

PS : par contre, ce que j’apprécie dans la tradition des vœux, c’est la belle occasion (la bonne excuse) qu’elle m’offre de renouer le contact avec celles et ceux avec qui le lien s’est un peu distendu…

CoucherSoleil

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s